AfriqueMédias & TICSociété civile

Politiques publiques et sécurité : des acteurs des osc et des médias partagent les meilleures pratiques de couverture de l’information

Gouvernance de la sécurité dans la région du Liptako-Gourma (Burkina Faso, Mali et Niger) et en Côte d'Ivoire 

Un atelier régional sur les meilleures pratiques de couverture de l’information relative aux politiques publiques de sécurité dans le contexte de crise au Sahel s’est à Grand-Bassam, du 1er et 2 Aout 2023.

L’objectif de cet atelier initié par le National Democratic Institute (NDI)  Burkina Faso,  Mali,  Niger et en Côte d’Ivoire, et financé par le National Andowment for Democracy (NED), était  de renforcer les médias et les organisations de la société civile dans leur couverture de l’information liée à la sécurité dans un contexte de crise au Sahel, et de comprendre ses implications.

Les participants, 39 au total dont 09 femmes et 30 hommes, sont venus du Burkina Faso, du Mali et du Niger et de la Côte d’Ivoire, dont des professionnels  des médias, des acteurs de  la société civile et des Forces de défense et de sécurité (FDS). Ils ont  discuté des défis, enjeux et opportunités dans la couverture de l’information sécuritaire, ainsi que des approches de collaboration avec les Forces de défense et de sécurité (FDS).

Pendant ces deux jours, les  échanges ont tourné autour de certains thèmes dont : la liberté d’expression à l’épreuve du contexte de crise multidimensionnelle au Sahel ;    quelle contribution des médias pour la lutte contre la désinformation, la me information et la mal information ?  Gouvernance inclusive de l’information sécuritaire  dans le contexte de la crise sécuritaire au Sahel et en Côte d’Ivoire.

Des travaux de groupe, avec des sessions de restitution et d’échanges fructueux, ont également meublé cet atelier.

Au terme des deux jours de réflexions et d’échanges, une déclaration suivie de recommandations a été produite par les participants dont la plus importante est la mise en place d’une plateforme régionale des medias et des OSC afin de poursuivre les réflexions et actions.

Monsieur Donatien Kangah, journaliste et expert en fact-checking, membre de la délégation ivoirienne, a été porté à la tête de cette plateforme pour un mandat de 12 mois.

Ensemble, il est possible d’agir efficacement contre la #désinformation et pour un journalisme sensible au conflit afin de renforcer durablement la résilience des populations face à la menace sécuritaire.

Source : Communication – Fondation Serenti

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité